Entrés en vigueur le 1er septembre 2014, le crédit d’impôt de transition énergétique et la relance de l’Eco-PTZ ont pour vocation de dynamiser le secteur du bâtiment.

C’est un nouveau coup de pouce octroyé au secteur du bâtiment. Le 1er septembre 2014, deux nouveaux dispositifs mis en place par Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, sont entrés en vigueur.

Création du CITE

Le premier : la création du « crédit d’impôt de transition énergétique » (CITE) afin d’inciter les ménages à réaliser des travaux d’isolation. Il s’agit en fait d’une évolution du crédit d’impôt développement durable (CIDD). Ainsi le CITE affiche un taux unique de réduction d’impôt de 30%, au lieu de 15 ou 25% jusqu’alors, sans obligation de réaliser un bouquet de travaux. Jusqu’à 8 000 euros pour une personne célibataire et 16 000 euros de travaux pour un couple (dès la première opération), pourront ainsi être déduits de la déclaration des revenus 2014. Ce crédit vise le financement de travaux d’isolation thermique, d’installation de chaudières à condensation ou d’équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable. Il est par ailleurs étendu aux compteurs individuels de chauffage et d’eau chaude ainsi qu’aux points de recharge de véhicules électriques. Cette mesure devrait prendre fin le 31 décembre 2015.

« Eco-PTZ » : Un prêt à taux zéro

Second dispositif : l’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) est relancé pour atteindre le nombre de 100 000 prêts octroyés par an (contre 30 000 jusqu’à présent). L’objectif du gouvernement est de faciliter la distribution de ces éco-prêts à taux zéro (« Eco-PTZ ») en simplifiant les procédures bancaires. Pour bénéficier de ces aides, et être assurés de la qualité des travaux effectués, les particuliers devront faire appel aux professionnels qualifiés « Reconnu garant de l’environnement » (RGE).

Rédigé par par Mallory Lalanne

Laisser un commentaire

Rappel concernant la modération et les commentaires: dans un souci d’instantanéité des discussions, 3M ne peut vérifier la conformité d’un message avant sa mise en ligne et n’assure qu’une modération a posteriori. Toute publication d’un contenu contraire à la loi (insultes, diffamations, racisme…), en infraction avec les droits d’un tiers (droit d’auteur, droit à la vie privée …) ou sans lien avec l’objectif d’échange du service (publications à visée commerciale, recrutement, prosélytisme….) pourra entraîner la suppression du commentaire, sans préjudice de toutes autres possibilités d’action.
Conformément à la loi, tout contenu manifestement illicite ou contrevenant aux règles en vigueur peut être notifié en cliquant sur le lien « signaler un abus ». Tout message est publié en accord avec les conditions générales d’utilisation du site.